erreurs de grammaire

Quelles sont les erreurs de grammaire à éviter ?

Même les français commettent encore des erreurs de grammaire. Certains d’entre eux se répètent d’ailleurs trop fréquemment. Ainsi, il est nécessaire de les recenser et de les mettre en tête pour ne plus les reproduire. En voici donc quelques-unes à prendre en considération.

L’accord du participe passé avec le mauvais auxiliaire

La règle générale dit que le participe passé ne s’accorde qu’avec l’auxiliaire « être ». Mais de nombreuses personnes continuent de faire l’accord même avec l’auxiliaire avoir. Cependant, c’est en effet le cas s’il y a un COD devant le verbe. Ce dernier s’accorde donc bien. Il existe une certaine logique à retenir, d’où les fréquentes confusions au moment de l’écriture.

La confusion entre passé composé et imparfait

L’utilisation correcte des temps permet de situer correctement le contexte d’une phrase dans un espace temporel précis. Pour le cas du passé composé, il sert généralement à montrer que le procès s’est manifesté dans un laps de temps bien précis étant déjà passé. C’est le temps utilisé pour signifier aussi que l’action est déjà terminée. Si une phrase compte plusieurs verbes, celui au passé composé devrait représenter l’acte principal de la phrase.

Par ailleurs, pour le cas de l’imparfait, il permet de décrire un contexte un peu plus abstrait avec moins de précision que le passé composé. Les locuteurs ne connaissent donc pas la situation du procès (s’il est terminé ou pas) sans pour autant que cela affecte la compréhension de la phrase. C’est donc pour cela qu’il ne faut pas confondre ces deux types de temps.

La mauvaise orthographe des verbes au passé simple

Le passé simple est un des temps qui prête le plus à confusion. Sans des bases solides, le risque d’erreur est réellement très élevé. Aujourd’hui, de nombreuses personnes écrivent encore « il prena » au lieu de « il prit ». La terminaison des verbes conjugués au passé simple doit suivre les règles établies selon la forme infinitive. Mais quelques cas particuliers nécessitent d’être considérés de manière particulière.

L’emploi du subjonctif après « quand », « lorsque », « dès que »

Les marques temporelles comme « lorsque », « dès que » ou encore « quand » induisent de nombreuses personnes en erreur. En effet, beaucoup tendent à employer le subjonctif au verbe qui suit alors que le temps correct est l’indicatif. C’est d’autant plus valable lorsqu’il s’agit d’une action future. Effectivement, on ne dit pas « dès que tu sois arrivé », mais plutôt « dès que tu arriveras » qui est au futur simple de l’indicatif.

L’oubli d’accorder certains adjectifs qualificatifs

En effet, il y a souvent de nombreuses hésitations par rapport à l’accord de certains adjectifs. Ces derniers peuvent ressembler à des adverbes ou même des verbes. Néanmoins, comme le cas de « compétent », il s’accorde bel et bien avec le sujet de manière naturelle.

L’utilisation du conditionnel après « si »

Même si la conjonction de subordination « si » semble exprimer une condition, le verbe qui ne suit ne doit jamais être au conditionnel. Comme pour les notes de musique (Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si…), la terminaison « -rais » du conditionnel ne passe pas après le « si ». On ne doit donc pas dire ” Si j’aurais su… ” à titre d’exemple.

C’est un moyen mémo-technique afin d’éviter de faire l’erreur. On emploie plutôt le présent de l’indicatif dans le cas de l’existence d’une condition. Cependant, on emploie plutôt l’imparfait ou le plus-que-parfait pour émettre une hypothèse.

Confusion entre « c’est » et « s’est »

Comme il s’agit d’homophones, il est alors assez normal qu’il y ait confusion dans l’utilisation de « c’est » et « s’est ». Même si avec de la logique il est très facile de les distinguer, les erreurs de grammaire se font parfois de manière automatique. Ainsi, pour ne pas se tromper, « c’est » se remplace par « cela est ». De son côté pour savoir si on utilise plutôt « s’ », il faut placer « il » devant. Si la phrase est correcte, alors on écrit « s’est ».

L’autre erreur similaire très fréquente est la confusion entre « sa » et « ça ». Encore beaucoup de Français même pensent encore que ça s’écrit « sa va ? » au lieu de « ça va ». Encore ici, pour ne pas se tromper, ça peut se remplacer par « cela » et « sa » par « ta » ou « ma ».

En résumé alors, les erreurs de grammaire française sont fréquentes, que ce soit chez les débutants ou les natifs. Celles citées ci-dessus reviennent assez souvent. Quelques astuces permettent de les éviter.